Dimanches lointains

Le Dimanche était devenu un sentiment.
Pour certains, Dimanche est tristesse, chagrin, réflexion.
Pour d'autres, l'espoir de commencer une nouvelle semaine, un peu meilleure.
Mais quel que soit le sentiment ou l'état d'esprit, profiter du dimanche était comme savoir profiter d'un amour serein; s'enrouler sous la couette, s'entrelacer de doux baisers, vivre d'amour et d'eau fraîche, se remplir l'âme d'eux et se regarder; et de quelques pizzas.

Le dimanche est un euphémisme paresseux.
Vous connaissez, vous, quelque chose de plus savoureux que de partager cette paresse à deux ? Ensemble, dans cette éternité paresseuse.
Le dimanche était un euphémisme paresseux.
C'était s'endormir ensemble et se réveiller seule dans le parfum de l'amour parce qu'il nous préparait le café du matin ou le goûter, parce que l'un de nous n'avait pas voulu réveiller l'autre.

Mais ces dimanches ne sont pas connus de tous.

Bien sûr, les aventures semblent toujours belles mais pas pour les dimanches.
Autrefois les baisers se multipliaient tantôt comme une tempête, nébuleuse et sans limites,tantôt comme une pluie d'été.
Délicieuse et charmante.
Imprévisibilité prévisible.

C'est drôle, quand j'évoque cet  euphémisme paresseux du dimanche, les gens ne me comprennent pas, comme si l'amour s'arrêtait un vendredi ou quelque chose comme ça ?
Les amours du vendredi soir, ne dure qu'un soir, c'est vrai. Mais je n'en veux pas !
D'autres ne veulent qu'eux après avoir vécu trop de dimanches...?
Peut-être.
Leurs dimanches ne devaient pas ressembler aux nôtres.

Moi je veux plonger dans cette éternité paresseuse; et pas dans une aventure.


Le dimanche avait la peau douce.
Nous étions ce mélange sucré-salé dans la journée,
Nous étions ce mélange aigre-doux, le soir car le lundi arrivait.

Nos dimanches étaient un baiser dans ma nuque, une morsure dans ton cou.
Nos folles amours du dimanche.
Tu t'en souviens ?

Le Dimanche, était devenu un sentiment.
Il était une éternité paresseuse.
Il n'est plus rien.




Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Puis les jours sont passés

Une vieille promesse

Qu'importe