Dix-neuf semaines


Il m'aura fallu dix-neuf semaines.
Il m'aura fallu dix-neuf semaines pour que je cesse enfin de le pleurer.
Il aura fallu que Juillet pointe son nom sur le calendrier pour reprendre vie.
Tout a brûlé.
Même des cendres, il ne reste plus rien. Et de son Juillet promis, non plus.
Alors je suis partie.
J'ai quitté ce qui restait: mon job, ma maison, ma famille, mes amis.
Comme avant l'arrivée de Martin, je brode, je pique du nez et je m'endors enfin.
L'appart est petit mais nos valises prennent peu de place.
C'est bon de vivre à la mer.
..Que vous en dirais-je dans dix-neuf semaines ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Puis les jours sont passés

Une vieille promesse

Qu'importe