Articles

Puis les jours sont passés

Un jour, il m'a parlé d'Etienne Daho, d'un concert qu'il avait vu, des disques qu'il avait, des paroles de ses vieilles chansons qui le berçaient.
Il est arrivé comme ça, un soir de Juillet sur mon autre blog.
Il est arrivé comme ça, un soir de Juillet sur cet autre blog où personne ne me connait, sur lequel il n'y a pas de photos de moi, celui sur lequel j'écris tout. Vraiment tout.

Je crois à une belle amitié naissante, telle celle que j'ai faite en rencontrant Elise.
Je m'y perds un peu, je recherche des accords. Pendant longtemps je n'ai su s'il était un homme ou une femme. Je crois qu'il a cultivé le doute.
C'est un homme.
Un garçon si doux, si posé, si intelligent.
Il est professeur d'Histoire et ne m'en raconte pas.
Il brille de simplicité, de pudeur.

Puis les jours sont passés.
Puis il a cessé de m'écrire.
La vie.
Je me surprends à penser à lui à l'écoute d'une chanson, d'une publicité évoquant une con…

Une vieille promesse

Image
A tort ou à raison, je le revois l'espace d'une soirée.
Vous ne le savez pas mais cela fait plus d'un an maintenant que l'on se voit.
La vie nous aura réellement séparés 240 jours en presque 2 ans.
Et pourtant je ne suis plus, avec lui, celle que j'étais.
Je ne saurais vous l'expliquer.

A tort ou à raison, il revient.

Je l'enivre de ma voix.
Assis face à moi, il m'écoute avec ses yeux et me regarde avec son coeur.
Je le sais.
Et il n'est plus, avec moi, l'homme qu'il était.
C'est un fait.

A tort ou à raison, il revient et repart les neurones explosées.

Pour quelle raison la vie nous impose ça ?
Il ne parvient pas à redessiner cette bulle merveilleuse autour de sa vie. Il revient.
A tort ou à raison il revient.
Il revient et je lui tends les bras.

Nos retrouvailles ont toujours le goût de cette vieille promesse que je m'étais faite le jour où nous nous sommes déclaré notre amour.
Plus de quatre après, ma vieille promesse s'impose…

Rien que pour moi

Image
Des yeux plein de tendresse Des yeux, rien que pour moi
Et des instants magiques
Un week-end pas comme les autres

Qu'importe

Il aura à peine existé dans cette relation pleine de vide.
J'aurais à peine existé dans cette relation pleine de vide.
Qu'importe.

Faute de mieux, par besoin, par dépit, par intérêt, pour se réconforter, tromper l'ennui, assouvir une pulsion ou combler un manque. Pour lui. Pour moi.

J'aurais à peine existé dans cette relation pleine de vide.

Je ne veux pas croire que je ne mérite rien d’autre.

Rendez-vous clandestins, chargés d'une adrenaline indécente et pourtant si vides de sens.
Il n'élève plus que mon corps et momentanément mon esprit.. Plus mon coeur.

Je veux cueillir les étoiles, danser avec les papillons et tartiner la chamade.


Peut-être ne retrouverais-je jamais plus cette fusion des corps.
Qu'importe.
Peut-être ne retrouverais-je jamais plus cette osmose des cœurs.
Qu'importe.
Peut-être ne retrouverais-je jamais plus cette connexion des âmes.
Qu'importe.


Qu'importe. Nous en créerons d'autres. Ensemble.


J'aurais écrit tant de mot…

Première fois

Je rentre à peine de vacances.
Vous êtes la première personne à qui je parle d'ailleurs.
Je rentre de vacances, reposée, complètement dépaysée, confuse aussi.

J'ai revu mon premier amour vingt-cinq ans plus tard.
Vous n'imaginez pas l'effet que ça m'a fait.
Il était là, seul, sur notre plage, celle de notre premier baiser.

On remémore nos souvenirs, nos aventures d'adolescents, nos cachoteries.
Nostalgie.
A l'instant où je l'ai vu, j'aurais encore pu lui dire tous mes "je t'aime" enfouis.
Quelle joie de le retrouver.
Depuis le temps, je le croyais marié, père de famille, prof de sport, entraîneur ou quelque chose dans le genre car il était dans une filière sport-études à l'époque...
Il n'en est rien. Célibataire, sans enfant, il s'est dédié à sa carrière dans la police de la BAC.
J'étais loin de me douter.

Je suis confuse. Vraiment, je suis confuse.

Sur cette même plage, il m' a de nouveau embrassée.
Confusion. Nost…

Como é doce o beijo

Camões não inventou palavras para exprimir esse momento. Anjos aplaudem nosso amor. Nossa felicidade, nossa alegria. Até Deus sorriu pra nós. Nuvens formaram nossa imagem no céu. Coração explode pela boca. E a nossa voz fica rouca. De tanto gritar te amo. E o nosso amor é lindo ! E nos faz feliz. Mas o mundo nos chama loucos porque falamos sozinho na rua. Nos chamam loucos porque contamos estrelas no céu. Nos chamam loucos porque tatuamos nossa imagem no coração. ... E cai neve em todas as estações. ... E até no rádio dedicam-nos canções. O mundo rendeu-se ao nosso sorriso. Somos exemplo do paraíso. Formamos um par perfeito.
Formamos um par perfeito  E a nossa chama espalha. O sorriso encontra. Como é doce o beijo. Amor Meu amor
O mundo nos chama loucos.















Infiniment moi

Image
Avec toi, je serai moi. Je serai, je le sais, infiniment moi.
Quand le jour viendra, ce jour où tu me trouveras, je sais que tu comprendras.
Je serai, je le sais, infiniment moi. Je serai ce moi que tu n'attendais pas. Je serai ce moi que tu vois à travers toi. Et je sais que ce sera toi.
Face à ce miroir, année après année nous nous sourirons. Ô Dieu que nous nous aimerons !

Infiniment toi en moi.










Bon ok !